Je tomberai enceinte cette année !

« Bon eh bien, madame, je vous invite à prendre rendez-vous avec Docteur Gontrand pour vous parler du protocole… »

Pendant qu’il me parlait, mes oreilles commençaient à bourdonner et mes yeux commençaient à s’embuer…Il fallait croire que je faisais partie de ce pourcentage de femmes qui galèreront pour avoir un enfant. Ouf ! Il ne s’agissait plus de paranoia ou de lâcher prise comme j’avais lu sur tous ces forums. J’avais décroché le gros lot avec une malformation congénitale ultra rare de l’appareil reproducteur. Il fallait envisager la PMA, la grosse artillerie de ponctions, d’éprouvettes et de blouses blanches…

Rhabillée et dans le coltar après cette annonce, je me glissais dans ma voiture dans la pénombre de la nuit tombante. Il fallait que je lui dise que ce n’était pas non plus de sa faute à lui, ni de ses analyses pourries.

« Allô ? ». J’ai tenu mon attitude détachée et nonchalante 45 secondes. Il ne fallait pas l’affoler, lui, à l’autre bout du monde à cet instant. Et j’ai craqué…

Dans les sanglots, plus rien n’avait d’importance que ce cliché 3D informe de ce que j’avais pour utérus et le mot « infertilité ». J’ai 26 ans et je suis en pleine forme physique. Mais cet organe…

«  Je ne sais pas ce qu’on t’a dit mais nous aurons ce bébé, cette année, tous seuls ! »

C’est dingue, ce que les mecs nous pondent devant ce genre de situation ! Pleure avec-moi un bon coup ou tais-toi ! Et il me l’a répété, sûr de lui, avec une voix si détachée et sûre d’elle que je ne l’ai pas reconnu. Lui, qui ne croyait que ce qu’il voyait ou entendait…

Un frisson m’a parcouru le dos…Nous étions le soir du 24 juillet 2013. Et si ?

Ce soir-là, j’ai ressassé ces termes. D’abord sceptique, je l’ai redit comme pour me sentir en phase au moins avec celui que j’aime, quitte à ne pas l’être dans mon corps de femme. Puis, j’ai repensé au témoignage de cette femme lue il y a quelques mois… Puis une dernière fois, enfouie dans mon oreiller froid, je l’ai répété avec conviction. Je démarrai ce jour ma pratique d’affirmations positives.

« Je serai enceinte cette année sans passer par la médecine et j’aurai une fille ! »

J’ai donné naissance à ma fille 9 mois plus tard par césarienne. 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *